Votre recherche

Statut de loueur meublé professionnel (LMP) : quelles spécificités ?

posté par Amcam974 on 31 mars 2017
| lmp
| 0

Deux statuts peuvent vous permettre d’investir dans l’immobilier en location meublée : celui de loueur meublé professionnel (LMP) et celui de loueur meublé non professionnel (LMNP). Si ces deux statuts sont longtemps restés bien distincts, la réforme du dispositif en 2009 a rendu cette distinction plus subtile, et la frontière qui les sépare est désormais plus poreuse. Zoom sur le statut LMP et ses spécificités.

Les conditions d’obtention du statut LMP

Pour obtenir le statut de loueur meublé professionnel, vous devez remplir les trois conditions suivantes :

  • L’un des membres de votre foyer fiscal doit être inscrit au Registre du commerce et des sociétés (RCS) dont vous dépendez, en tant que loueur meublé professionnel ;
  • Les recettes annuelles générées par cette activité de location doivent dépasser le montant de 23 000€ ;
  • Ces bénéfices doivent excéder vos revenus soumis à l’impôt sur le revenu (IR), comme les traitements et salaires, les bénéfices industriels et commerciaux (BIC) autres que ceux tirés de la location meublée, les bénéfices agricoles ou encore les bénéfices non commerciaux.

LMP et LMNP : vers une complémentarité des statuts ?

Avant 2009, les conditions pour bénéficier du statut de loueur meublé professionnel étaient sensiblement les mêmes qu’aujourd’hui, comme l’obligation d’inscription au RCS. La nuance introduite le 1er janvier 2009 concerne surtout le montant des recettes annuelles générées par la location meublée. Avant la réforme, les investisseurs pouvaient choisir entre l’une des deux conditions suivantes :

  • Générer plus de 23 000€ annuels grâce à l’activité de location meublée ;
  • Les revenus tirés de l’activité de location meublée représentent plus de 50% des revenus globaux.

Désormais, vous devez remplir toutes les conditions prévues par le statut LMP ; dans le cas contraire, vous tombez dans le champ d’application du statut LMNP.

Outre la forte diminution du nombre de loueurs meublés professionnels, cette réforme entraine un inconvénient majeur pour les investisseurs. Ces derniers peuvent désormais passer d’un statut à l’autre en fonction de leur activité annuelle, changeant ainsi de régime fiscal d’une année sur l’autre.

La location meublée professionnelle, un investissement de qualité

Malgré la réforme de janvier 2009, le statut de loueur meublé professionnel continue de séduire un grand nombre d’investisseurs. Il vous permet de vous constituer un patrimoine immobilier de qualité, pérenne et peu impacté par la crise. Ce type d’investissement vous permet en outre de bénéficier d’avantages fiscaux conséquents, comme l’imputation du déficit sur le revenu global ou l’exonération des plus-values.

  • Recherche

    30 000 € à 350 000 €